Les trucs du KKPLO

Les goodies

Les trucs que l'on ne trouve nulle part ailleurs que sur le site web du Kyudo Kai de Plan-les-Ouates véritable phare éclairant tout, Genève, le bassin du Léman, les Savoie (Lémanique aussi), la France, l'Europe, le monde, que dis-je, l'Univers du Kyudo !


L'arc en voyage - par Charles-Antoine

Vous aimez votre arc (p'ti Yumi ) et vous aimez voyager ? Comment vous assurer que l'arc ne souffre pas trop en voyage ?

Comme tout le monde le sait, l'arc japonais est asymétrique et, détendu, sa courbure est à l'inverse de sa courbure une fois tendu (c'est clair ?). Détendu, il est donc très résistant si l'on contrarie sa courbure naturelle, mais très cassant si on l'abonde.

Dans le bus, métro, etc. pour des déplacements où vous conservez votre arc à la main, autant le garder tendu, avec la corde. Il sera plus court et le plus résistant possible,

Pour les voyages en avion, par exemple, depuis 5 ou 6 ans il ne faut plus espérer emporter l'arc avec vous dans la cabine d'un avion. Il va donc falloir l'emballer pour qu'il aille en soute. Deux contraintes: encombrement & résistance aux manipulations. Pour l'encombrement il faudra enlever la corde. L'arc sera alors plus ou moins rectiligne et la partie la plus fragile son l'extrémité haute (doit y a avoir un nom !), mais le reste de l'arc n'aimera pas non plus se faire tordre ou écraser.

Dans les photos suivantes vous verrez comment un fabriquant de la région de kyushu m'a renvoyé mon arc cassé (snif, pourtant on m'avait bien dit qu'il ne faut pas serrer l'arc !) ainsi que celui de Colette, après réparation. J'ai enlevé une espèce de housse en "plastique à bulle" qui entourait encore le tout. Mousse elle même tenue par du gros scotch "déménageur".

L'idée consiste à coller les arcs détendus ensemble, de manière que les poignées se touchent   (avec deux arc ca fait une sorte de "X", au delà de 2 ou 3 arcs, j'imagine qu'on empile les blocs de 2 arcs.).

Ensuite les arc sont pris en sandwich entre deux lamelles de bambou (visibles sur la photo) qui garantissent la protection contre les coups. Le tout est fermement serré, et devient un espèce de poteaux incassable (2 Kg environ). De toute manière étant donné la dimension de l'ensemble (environ 220 cm), la plupart des manipulations se font à la main (ça, ça va finir par nous coûter quelque chose un de ces quatre).

Le tatami c'est juste pour donner un bon goût à la potion.


L'arc en voyage - par Pierre

Ci-dessous des idées en photos pour le transport de l'arc. Les parties fragiles de l'arc (urahazu, motohazu) sont tout d'abord protégées par des plaquettes de bambou (trouvées au Japon) de manière à augmenter la résistance des extrémités de l'arc.
Ensuite l'arc est emballé dans sa housse en tissus, et le tout est glissé dans un tuyau, genre tuyau de piscine (tuyau annelé qui prend la forme de l'arc, mais résiste à l'écrasement). Le carquois est joint à cet assemblage, et le tout est protégé par du papier-bulle. J'utilise du papier-bulle d'un mètre de large, replié en deux, qui va bien pour enrouler un arc et un carquois dans une double couche de bulles.
Aux deux extrémitées, je forme des manchons, de nouveau avec une double couche de papier-bulle, et je ferme le montage à l'aide de ruban adhésif.

Protection des
extrémitées (1)
Protection des
extrémitées (2)
L'arc sur
son tuyau
Détail du
tuyau
L'arc dans
son tuyau
Assemblage avec
le carquois
Protection du corps,
manchons séparés
Assemblage final


Anzan no omamori

Oui, les japonais ont de líhumour !

La preuve avec le décryptage du nom de ce beau noeud porte bonheur réalisé à partir d'une corde en chanvre, cassée en son milieu par Daniel-sama (au niveau du nakajikake) lors du tir qu'il a fait un jour et au cours duquel sa flèche a atteint la cible (si si, c'est vraiment arrivé !).

anzan      no     omamori: le porte bonheur pour la femme enceinte

 安産                  お守り

 atari        zuru                    :la corde qui a réussi son coup (c'est ça qui est drôle!)

         

Bon, trèves de grivoiserie de dojo, tout ça c'est pas des histoires, voici les photos:

Au japon tout dans le cadeaux est une oeuvre d'art: le délicat foulard (furoshiki) qui emballe la boîte qui emballe le mouchoir qui emballe le cadeau. Par décence, on cache la partie rouge du noeud de la vue du profane.
et voilà le "charme", à porter sur soi (idéalement) ou à proximité (les kamis sont souples) afin qu'un accouchement se passe sous les meilleurs hospices (mais vous aviez surement reconnu la racine "femme" dans le kanji "anzan") .

Le seul gri-gri recommandé par la faculté !

pour les puristes, voici la version japonaise du nom du charme.